search

Accueil > Ressources > Ressources pédagogiques par APSA > CP2 : Adapter ses déplacements à des environnements variés… > Escalade > Contrôle – Gestion des Équipements de Protection Individuelle en (...)

Contrôle – Gestion des Équipements de Protection Individuelle en escalade

samedi 26 mai 2018, par Cédric Vernoud

Document support du stage académique animé par Jean-Paul Millet.

1 Définitions et réglementation.

1.1) E.P.I. : Définition.
"Un équipement de protection individuelle (EPI) est un dispositif ou moyen destiné à être porté ou tenu par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer sa sécurité ou sa santé principalement au travail " (Code du Travail, article R.233-83-3)

Les EPI ne concernent pas seulement les équipements de protection à usage professionnel mais aussi ceux à usage sportif ou de loisirs.

Il existe trois catégories d’EPI :
Catégorie 1 : Protection contre des risques légers ne pouvant entraîner que des lésions superficielles et réversibles, ne touchant pas d’organes vitaux (lunettes de soleil…) . Marquage CE.
Catégorie 2 : Protection contre des risques intermédiaires pouvant entraîner des lésions irréversibles (Casques, crampons...). Marquage CE + année de fabrication (ex : CE 02).
L’usage des EPI de catégorie 1 et 2 utilisés dans le cadre d’une pratique sportive ou de loisir (EPI-SL) est réglementé par le code du sport contrairement à ceux utilisés pour protéger des chutes en hauteur réglementés par le code du travail.
Catégorie 3  : Protection contre des risques mortels comme une chute (Corde, harnais, connecteurs...). Marquage CE + année de fabrication + N° du laboratoire agréé de vérification de conformité (Ex. :CE 02 0082).

Le matériel d’escalade que nous mettons à disposition de nos élèves n’est pas composé exclusivement d’EPI : les dispositifs de freinage ne sont pas considérés comme "EPI" dans la mesure où l’intervention humaine est nécessaire pour assurer leur fonction (avaler le mou et bloquer ou freiner la circulation de la corde).

Pour autant, nous assimilerons ici ces matériels aux autres EPI par commodité de langage et au regard des exigences similaires de contrôle et de suivi qu’ils requièrent (plus de précisions concernant les normes européennes des systèmes d’assurage au chapitre suivant).

1.2) Circulaire ministérielle N° 2017-75 du 19/04/2017.
Cette circulaire souligne l’obligation de mise en oeuvre de cette norme au sein de nos établissements : " les équipements de protection individuelle (EPI) sont contrôlés selon le décret n° 2004 -249 du 19 mars 2004 et la norme NF S72-701 visuellement et tactilement (corde, dégaines, baudrier, système d’assurage) au travers de contrôles de routines périodiques. Un contrôle complet une fois par an est obligatoire. Un registre de gestion des EPI est tenu à jour."

2) Identifier les E.P.I.

2.1) Les EPI Textiles.
2.1.1 Les harnais.
Appelés parfois "baudriers", nous utiliserons le terme de harnais, plus communément utilisé par les fabricants et cité dans les textes réglementaires.
Les harnais utilisés en escalade et alpinisme sont de quatre types (norme de certification : EN 12277) :
• Type A : Harnais complet (adultes).
• Type B : Harnais complet (enfants).
• Type C : Harnais cuissard.
• Type D : Harnais torse.

Les harnais de type C que nous utilisons sont à un ou deux ponts d’encordement (Cf. vidéo ci-dessus).

Quels critères de choix lors d’un nouvel achat ?

Sécurité : Privilégier un point d’encordement unique permet de limiter les risques de confusion (mais montrer également un harnais à deux points d’encordement permet d’éviter les risques ultérieurs de mauvais encordement...)
Réglage : privilégier les modèles couvrant le maximum d’amplitude de réglage au niveau de la ceinture et des sangles de cuisses (de XS à XL) permet de faciliter une bonne mise à disposition et une meilleure gestion du matériel.
Confort : Vérifier la largeur et l’épaisseur des mousses ainsi que le nombre de porte-matériels. Le choix peut être différent qu’il s’agisse d’harnais destinés aux cours d’EPS ou à une pratique d’A.S. En collège par exemple, seuls les élèves spécialistes de l’A.S. sont généralement amenés à grimper en tête. Privilégier donc la présence de larges mousses de confort ainsi qu’au moins deux porte-matériels situés chacun de part et d’autre du point d’encordement dans le cas de dégaines ne restant pas à demeure sur le lieu de pratique)

2.1.2 Les cordes : quelques rappels...
Cordes semi-statiques :
Réservées à des pratiques non compatibles avec l’escalade du fait de leur trop faible capacité d’absorption par allongement. :
Utilisées en spéléologie et canyoning principalement (Type A ou B)

Cordes dynamiques  :
Permettent d’absorber l’énergie accumulée lors de chutes en tête en restituant une force de choc que peut supporter le grimpeur.
Lors de l’achat, toutes les cordes dynamiques doivent porter la mention EN 892 qui indique que l’EPI à répondu aux exigences d’un test normalisé au niveau européen pour les cordes dynamiques (référentiel technique).

D’autre mentions "EN suivi de chiffres" sont présents sur d’autres types d’EPI (à ne pas confondre avec la norme NF S72-701 ou le marquage CE). Attention donc, lors de l’achat de votre matériel, à vérifier que le type de corde correspond bien à l’usage qu’en auront vos élèves.

Quels critères de choix lors d’un nouvel achat ?
L’utilisation intense en moulinette fatigue les cordes à simple (non conçues pour cette utilisation à l’origine).

Pour limiter l’effet de glissement de gaine sur l’âme (effet "chaussette") que cette utilisation entraîne, certains fabricants ont réussi à opérer un collage de la gaine lors de son tissage sur l’âme qui évite ce désagrément pouvant présenter des risques (clip-vidéo complémentaire dans la rubrique "Pour aller plus loin").

• Choisir une corde à simple présentant un glissement de gaine minimum voire nul (indication figurant obligatoirement dans la notice du fabricant) .
Pour les quelques cas d’utilisation en falaise avec points de mousquetonnage plus espacés qu’en S.A.E. avec des élèves de collège "légers", il est nécessaire de se rappeler que la force de choc subie sera plus importante en fin de chute. En effet, les cordes à simple sont testées avec une masse de 80 kg. Avec une masse inférieure, l’allongement de la corde sera moindre, entraînant une force de choc inversement proportionnelle.

• Dans le cas d’utilisation en tête par des grimpeurs légers , préférer les cordes à simple présentant une force de choc minimale (indication figurant obligatoirement dans la notice du fabricant).

2.1.3 Les longes.
Jusqu’à quelques années en arrières, nous utilisions donc un bout de corde à simple avec deux nœuds de huit de part et d’autre pour fabriquer une longe dynamique. Des longes manufacturées de différentes longueurs et même réglables existent aujourd’hui.

Si la fabrication de longes artisanales n’est pas interdite légalement, elle est très fortement déconseillée pour plusieurs raisons : les noeuds doivent être réalisés dans les règles de l’art, et contrôlés régulièrement (les défaire pour contrôle réguliers ) ; elle engage la responsabilité de l’enseignant plus seulement dans le cadre de la mise en oeuvre obligatoire de la norme, mais également dans celui de la fabrication d’un EPI. Responsabilité assumée habituellement par les fabricants qui ont recours à des tests normalisés avant diffusion...

2.1.4 Les casques.
Les casques sont des E.P.I. de classe 2 et sont considérés comme des E.P.I. "textiles" .
Tous les EPI textiles ont une durée de vie limitée.
Il convient donc de privilégier lors de leur achat ceux présentant une durée de vie potentielle maximale.
Pour la connaitre il est donc nécessaire d’obtenir cette information contenue dans la notice du fabricant AVANT l’ACHAT.
(Voir le chapitre "Gestion des EPI" qui traite de la notion de durée de vie, de stockage et d’utilisation.)

2.2) EPI métalliques.
2.2.1 Les connecteurs de sécurité et systèmes d’assurage
Les connecteurs ( mousquetons ) de sécurité sont le complément indispensable aux dispositifs de freinage manuels ou auto bloquants. A chaque système d’assurage doit correspondre un type de connecteur de sécurité (forme, taille et diamètre)
H.M.S. (connecteurs en forme de poire couramment utilisé ) signifie "Halb Mastwurf Sicherung" : Sa forme permet à l’origine l’utilisation sur son grand axe du noeud de demi-cabestan comme moyen d’assurage direct (encore largement répandu en Allemagne notamment).

Quels critères de choix lors d’un nouvel achat ?
Sécurité :
• Privilégier l’achat du dispositif de freinage couplé à un connecteur de sécurité. A défaut, lire la notice du dispositif de freinage qui indique le type de connecteur de sécurité adapté.
• Le système d’assurage (connecteur + dispositif de freinage manuel) doit être compatible avec le diamètre de la corde utilisée ! A anticiper lors d’un achat.
• Privilégier les connecteurs à verrouillage automatique (tout en continuant à faire vérifier que le doigt du connecteur ne s’ouvre pas)
• Privilégier les systèmes de freinage manuel faisant travailler la corde dans le même plan afin de limiter le toronnage de la corde.
Réglementation :
• Dans le cas des système d’assurage , acheter désormais obligatoirement un système d’assurage certifié ( EN 15151-2 pour les "systèmes de freinage manuel" ou EN 15151-1 pour les "systèmes à blocage assisté de la main").
• Tant que la certification (EN 15151-1 ou -2) n’existait pas pour ce type de matériels, les fabricants ne pouvaient y apposer le marquage CE. Les systèmes d’assurage de conception simple de type tube n’ont pas de marquage CE sans pour autant que nous ne puissions pas les utiliser.

Certains EPI métalliques ont une durée de vie limitée !

Il convient donc de privilégier lors de leur achat ceux présentant une durée de vie potentielle maximale.
Pour la connaître il est donc nécessaire de consulter la notice du fabricant AVANT l’achat.

3) Marquer les E.P.I.

C’est donc le marquage situé sur chaque EPI qui permet d’identifier chaque EPI (ou lot d’EPI) dans le registre / cahier de suivi. Sans marquage ou signe distinctif, la traçabilité des EPI est impossible. Or il nous est demandé de pouvoir relier n’importe quel EPI (ou lot d’EPI) à sa fiche de vie et inversement.

Il faut bien différencier le marquage réalisé par le fabricant de celui que nous pouvons réaliser pour identifier les EPI de notre parc de matériel d’escalade.

Il est nécessaire de savoir déchiffrer les marquages des fabricants pour pouvoir renseigner correctement la fiche de vie de l’EPI. La notice, qui constitue le "mode d’emploi" de votre EPI doit vous permettre de comprendre ces marquages.
En cas d’absence de ces renseignements ou d’incompréhension de certains codes, n’hésitez pas à contacter votre fournisseur / revendeur, ou mieux, directement le fabricant depuis son site internet.

Cas particulier des cordes : On ne peut reconnaitre la destination d’utilisation et la longueur d’une corde que par son marquage (cordes à simple, jumelées, à double, statique...longueur, année de fabrication, "CE"). Or ce marquage n’est pas pérenne...
C’est l’identifiant unique de l’EPI (série de chiffres et/ou lettres) mis en place par le fabricant qui peut permettre la traçabilité complète de cet EPI et permettre également un éventuel rappel d’un lot de fabrication portant le même numéro de série.

Certains fabricants proposent en ligne ou sur la notice, une fiche de vie déjà pré-remplie pour chacun de leurs produits afin de vous faciliter la tâche.

Dans le cadre de la pratique en E.P.S. ou A.S., nous procédons à un marquage supplémentaire plus simple (numéro généralement) qui nous permet d’identifier chacun de nos EPI dans notre parc de matériel d’escalade en permettant de le relier à sa fiche de vie.

Il est possible de marquer des lots d’EPI de même type si chaque lot est clairement différencié : les EPI qui le composent ont les mêmes références, mêmes marquages, même année de première utilisation et année de fabrication (dans le cas de lot d’EPI à durée de vie limitée). Dans ce cas, chaque EPI de ce lot pourra porter un marquage identique.

Il est donc possible de mettre au point son propre code de marquage afin de simplifier au maximum celui-ci (code de couleur par année de fabrication et/ ou signe distinctif pour chaque lot par exemple).

• Concrètement, si toutes les cordes utilisées uniquement sur un mur sont issues d’une même bobine que j’ai découpée moi-même, je vais pouvoir utiliser la couleur de la corde comme identifiant unique de ce lot. Dans ce cas c’est un signe distinctif qui fait office de marquage. Son avantage : on ne peut le perdre !
• Si des cordes de ce lot sont un jour utilisées ailleurs (autre mur ou falaise) alors il faut impérativement faire figurer la longueur de la corde sur son extrémité afin d’éviter une utilisation inadaptée cause possible d’accident.
• Si d’autres cordes sont introduites et n’ont pas les mêmes caractéristiques (marque, ou modèle, ou année de fabrication et/ou année de mise en service) je dois procéder à un marquage différencié pour ce nouveau lot.

Vous devez tout mettre en oeuvre pour qu’à tout moment et sans aucune ambiguïté possible il puisse être fait lien entre n’importe quel EPI ou lot d’EPI de votre parc de matériel d’escalade et sa fiche de vie.

Attention, dans le cas des lots d’EPI textile (durée de vie limitée), il est nécessaire de rendre possible l’identification de leur année de fabrication dans le code de marquage mis au point.

Document : PDF - 13.1 Mo Marquage et entretien des EPI

4) Contrôler les E.P.I.

PDF - 172.4 ko Protocole Petzl
Contrôle de routine :
• Avant et après chaque mise à disposition du matériel.
• Examen rapide mais attentif (auquel les élèves peuvent être associés).

Contrôle complémentaire :
• En cas de doute sur un EPI lors d’un contrôle de routine ou après un événement exceptionnel (peut être différé si l’EPI mis en retrait dans une zone de retrait clairement identifiée par tous).
• Examen visuel et tactile approfondi.
• Précède une remise en service ou mise en retrait pour examen complet ultérieur.

Contrôle complet : "Contrôle complémentaire" pour tous les EPI du parc.
• Selon la fréquence indiquée par le fabricant dans la notice et au moins une fois par an.
• Examen visuel et tactile approfondi.

Dans le cas d’utilisation d’EPI par plusieurs structures, il convient donc de mettre en place une communication efficace permettant d’informer tous les enseignants et moniteurs d’observations particulières lors de ces contrôles de routine qui, en cas de doute de part et d’autre, doivent déboucher sur un contrôle complémentaire par le référent EPI (Cahier de liaison / "main courante").

PDF - 1.3 Mo Fiche usure des cordes
PDF - 330.4 ko Mémo 1 référent EPI
PDF - 401.4 ko Mémo 2 référent EPI
PDF - 3 Mo Procédure de vérification des connecteurs

5) Gérer les E.P.I.

Le "registre des EPI" (appelé aussi "cahier de suivi des EPI") centralise donc tous les éléments permettant d’identifier chaque EPI ou lot d’EPI du parc de matériel d’escalade , d’assurer leur suivi (traçabilité) et leur contrôle dans le temps.

Son contenu : La fiche de vie de chaque EPI ou lot d’EPI du parc matériel ainsi que sa notice d’emploi.

Chaque fiche de vie d’EPI (ou de lot d’EPI) doit faire apparaître :
• L ’identité du contrôleur.
• Le type de matériel, fabricant, modèle, identification.
• La date d’acquisition.
• L’année de fabrication.
• La date de première mise en service.
• La date théorique de mise au rebut (date de péremption).
• Le nombre d’EPI composant le lot le cas échéant.
• Les modifications éventuelles des caractéristiques (longueur et état d’usure d’une corde, état d’usure d’un harnais : boucle, pontet...etc).
• Les bilans des contrôles successifs (peut également faire l’objet d’une fiche séparée de la fiche de vie)

Le certificat de conformité est une obligation supplémentaire pour les structures mettant à disposition des EPI sans encadrer la pratique (loueur typiquement). Nous ne sommes donc pas concernés par l’ajout de celui-ci dans les fiches de vies.

Nous vous conseillons d’organiser votre registre en deux rubriques :
• Les matériels textiles (ou en contenant) qui comprennent tous les EPI à durée de vie (maximale et théorique) limitée : Cordes, harnais, sangles, casques... (les casques pourraient faire l’objet d’une rubrique "EPI plastiques", mais du fait de leur durée de vie limité comme pour les textiles, nous choisissons par commodité de les y associer)
• Les EPI métalliques (dont la durée de vie est généralement illimitée) : mousquetons de sécurité, système d’assurage, mousquetons de dégaines...

Il existe encore sur le marché des EPI métalliques à durée de vie ("maximale- théorique") limitée !
Certains systèmes d’assurage comportant du plastique peuvent en effet présenter une durée de vie limitée (plastique = "textile").

Attention donc à vous renseigner avant tout achat à bien choisir les EPI métallique à durée de vie illimitée mais avant tout adaptés dans leur manipulation à vos élèves.

Des fiches de vie vierges au format numérique vous sons proposées :
Excel - 233.5 ko Fichier numérique de suivi des EPI

1) La gestion par lot d’EPI à durée de vie illimitée

Ce mode de gestion permet de s’affranchir de la notion d’intensité d’utilisation dans la mesure où tout EPI du lot mis au rebut après contrôle peut être remplacé par un nouvel EPI correspondant à la même identification (même modèle ,même notice ).
Une seule fiche de vie est ouverte pour le lot et un marquage sur chaque EPI qui le compose permet de l’identifier (signe distinctif).

Des EPI à durée de vie illimitée et comportant un même numéro de série connu permettront d’identifier les EPI de votre lot en cas de rappel par le fabricant. Si ce numéro de série n’est pas identifiable (ce qui est rare sur du matériel métallique mais possible sur des EPI textiles, tous les EPI du lot devront être mis au rebut...)

2) La gestion par lot d’EPI à durée de vie limitée
PDF - 277.9 ko Remplir une fiche de vie pour lot
Ce mode de gestion implique cette fois la prise en compte de la durée de vie des EPI de ces lots.
Durée de vie = durée de stockage + durée d’utilisation.

Donc les EPI qui composent un tel lot devront avoir été fabriqués et mis en service la même année pour que le terme de leur durée de vie soit identique ("durée de vie maximale potentielle" fixée par le fabricant).

La date de fin de vie théorique se calcule en ajoutant à l’année de première mise en service la durée d’utilisation maximum indiquée dans la notice avec échéance au 31 décembre si le fabricant ne précise pas le jour ou mois de fabrication.

Un EPI ayant 5 ans de durée de vie théorique, fabriqué en 2011 et mis en service le 1er mars 2011 devra donc être mis au rebut au plus tard le 31 décembre 2016 (soit une durée de vie dépassant 5 ans finalement)

Si l’on renouvelle des EPI de ce lot on devra vérifier que les EPI ajoutés auront la même date de fin de durée de vie théorique. Dans le cas contraire, Il faudra créer un nouveau lot (avec sa fiche de vie et son marquage) ou une fiche de vie individuelle si un seul E.P.I. est concerné. (Cf "Gestion individuelle").

Lors d’un achat d’EPI en vue d’une gestion par lot :
• Préférer les EPI à durée de vie potentielle maximale
• Vérifier que les EPI "possédant" une durée de stockage dont l’échéance n’est pas dépassée...
• Préférer une mise en service d’EPI début janvier plutôt que fin décembre !
• Acheter si possible un peu plus d’EPI afin de ne pas être coincé dans le fonctionnement en cas de mise au rebut de quelques EPI du lot (Garder notamment un exemplaire neuf en réserve pour les EPI métalliques permettra de faciliter les contrôles par comparaison)

3) Gestion individuelle
Ce mode de gestion plus contraignant devient incontournable dans le cas de catégories d’EPI dont les éléments sont hétéroclites avec ou sans durée de vie illimitée.

En effet, chaque EPI distinct devra avoir sa propre fiche de vie et son propre marquage individuel...

6) Stockage et entretien des EPI

La notice de chaque EPI précise les modalités de stockage et d’entretien à respecter afin d’accroître sa durée de vie effective.

De manière générale, les EPI sont à stocker dans un lieu aéré, tempéré, à l’abri des rayons ultra violets et éloigné de toute substance chimique (liquides ou émanations) qui pourrait les endommager.

Ils doivent par ailleurs être stockés sous clef afin de s’assurer qu’ils ne peuvent servir à un utilisateur non autorisé, sans quoi vous ne seriez plus en mesure d’attester d’une bonne utilisation des EPI ou de l’absence d’évènement exceptionnel justifiant sa mise en retrait voire au rebut...

Sauf avis contraire (voir notice du fabricant), les cordes peuvent se laver en machine à 30°C avec un détergent doux. Prendre la précaution de la placer dans une taie d’oreiller. Elles n’apprécient pas des températures élevées (max. 80°) donc éviter de les laisser dans une voiture au soleil en plein été... Les connecteurs ou systèmes d’assurage articulés peuvent être "dégrippés" à la poudre de graphite ou à l’huile universelle mais pas au "WD 40"qui engendre une usure prématurée.